CENTRAFRIQUE / Programme d'action du Candidat Jean Barkès Gombe Kette

  • LEFACTEUR
  • POLITIQUE
CENTRAFRIQUE / Programme d'action du  Candidat Jean Barkès Gombe Kette

Les solutions aux problèmes de la RCA ne sont pas à inventer. Ce n'est pas par manque d'idées, de projets, de supports techniques et pédagogiques, de plans d'action et autres instruments de travail que notre pays ne parvient pas à amorcer sa croissance. Dans tous les domaines de compétences ministérielles, depuis des années, les institutions financières mondiales, la coopération internationale technique, politique, administrative, les travaux de recherches de compatriotes méritants, des études et aussi les productions des cadres de nos services...etc sont disponibles dans les tiroirs de nos ministères et de nos administrations. Les critiques et les directives préconisées dans ces moyens d'action sont reprises dans les discours de politique générale de tous les premiers ministres de la république, dans les déclarations des chefs d'états successifs, ainsi que dans les programmes électoraux des candidats, sans jamais parvenir à se traduire en réalité. Les raisons sont connues de tous. Ce sont: la mauvaise gouvernance, l'absence de gestion orthodoxe des ressources de l'état, la démission des responsables politiques, la corruption à tous les niveaux, et tous les autres travers qui créent un sentiment d'injustice, d'abandon et de frustration, générateur des conflits qui viennent aggraver la situation. Il ne s'agira donc pas d'inventer de nouveaux processus puisque ceux ci existent, mais de créer ou d'appliquer les conditions de leur faisabilité. Ces moyens nécessitent des pré-requis de deux ordres: financiers et Sécuritaires.

● Financiers parce que c'est ce qui est communément appelé le véritable nerf de la guerre. La quête de ces moyens d'action se fera en tenant compte des facteurs qui constituent notre tendon d'Achille, l'enclavement et la mal gouvernance.

● Sécuritaire parce qu'aucune initiative ne peut être viable dans un environnement conflictuel. Nous ne maîtrisons ni nos frontières ni l'intérieur du pays. La RCA est dévastée, exposée à toutes les convoitises, aux forces et intérêts hostiles qui peuvent à tout moment nous déstabiliser et réduire à néant tout ce que nous pouvons mettre en œuvre tant que nous ne seront pas en mesure de leurs résister.

I – FINANCES

Ce sont tous les voies et moyens permettant à l’état d’accroître et de recouvrer dans des meilleures conditions ses recettes domestiques qui sont ses moyens réguliers de financement. (Impôts, droits et taxes redevances et créances de toutes natures) Comme en matière de défense, l'état doit d'abord compter sur ses ressources propres et non tout attendre des bailleurs internationaux.

1 - Moyens logistiques

Nous devons améliorer, sécuriser, fluidifier les grands axes afin de réduire les contraintes liées à notre enclavement, obstacles majeurs à notre développement, facilitant ainsi la circulation des personnes et des marchandises.

● Améliorer qualitativement ces voies dans la mesure du possible (Elargir, bitumer matérialiser) afin de les rendre moins accidentogènes

● Sécuriser par l'affectation de force de sécurité dans des modalités à définir.

● Fluidifier en limitant et simplifiant les contrôles de toute nature (police, douanes) et définir un temps moyen de parcours qui s'imposera à tous les intervenants sur ces axes.

2 - Régies financières

a) Finances, impôts

D’une manière générale il s'agira de mettre fin à la gestion anarchique des finances publiques en respectant les recommandations et conclusions contenues dans les textes et les outils de référence.

● Toutes les opérations doivent s’inscrire dans les principes d’orthodoxie budgétaire. Nous nous engageons pour:

● La généralisation de l’outil informatique et utilisation efficiente des applications disponibles( GESCO) permettant des contrôles à chaque étape d'exécution des dépenses, et l' amélioration les capacités humaines dans le domaine de la gestion financière.

● La limitation des recours aux procédures exceptionnelles et sanction des abus.

● L'élargissement de l’assiette fiscale par la formalisation de tous les secteurs d’activité économique.

● Amener les institutions de crédit à jouer pleinement leur rôle d'intermédiaires financiers dans l'économie. - Assurer le recouvrement effectif des droits et taxes dus à l'état.

b) Douane

● Nous reconsidéreront les PVI (Programmes de Vérification des Importations) confiés à des sociétés privées afin d’en apprécier l’efficacité, la rentabilité et le coût. Cette privatisation, a été mise en place pour quelques années, et devrait permettre une meilleure formation des douaniers nationaux, Mais elle s’est en définitive institutionnalisée sans que son efficience ne soit démontrée sur le long terme.

● Mise en place des outils et standards modernes de dédouanement permettant la gestion des risques, les contrôles ex-post, la maîtrise des fondamentaux de la douane: espèce, origine, valeur. - - Réhabilitation de nos services douaniers et meilleures formations de ses agents sur des outils modernes de traitement des opérations douanières (SYDONIA), et sur ses principales missions: Fiscales, économiques et protection. Dans le cadre de cette dernière mission, des contrôles renforcés de la qualité des marchandises importées seront mises en œuvre pour prévenir les risques sanitaires et techniques.

● Remise à plat du système des exonérations accordées dont beaucoup sont de complaisance.

3 - Gestion de nos ressources

● Nous veillerons à ce que les accords passés dans le cadre de l’exploitation de nos ressources minières, forestières, halieutiques, s’inscrivent dans un équilibre de partenariat gagnant-gagnant, fondé sur une collaboration étroite et continue, permettant un transfert de savoir-faire et de technologie.

· Les dépenses de fonctionnement de l'Etat et des organismes publics seront maîtrisées et réduites au strict nécessaire.

II – SECURITE

Le constat amère des résultats approximatifs successifs des forces internationales dans le monde et dans notre pays doit nous inciter à prendre conscience de la nécessité de compter d'abord sur nous mêmes, et nous départir de cette fâcheuse tendance à tout attendre de l’extérieur pour résoudre les problèmes de tous ordres qui se posent à nous. L'histoire enseigne que les peuples qui ont résisté aux agressions extérieurs ou qui se sont libérés de l'oppression ont compté sur eux même. Parce qu'il n'y a aucune raison pour qu'un Burundais, Congolais Bangladais….. accepte de mourir pour des Centrafricains. Aujourd’hui encore nous constatons à l’occasion de chaque trouble, le manque cruel d’engagement des forces onusiennes.

1 - Moyens militaires

Les ressources affectées à nos forces de défense et de sécurité représentent une part importante des dépenses de l’état et impactent dans une large mesure la croissance économique, les investissements et le bien être des populations. Aussi, la répartition de ces ressources doit correspondre au souci d’assurer une efficience maximale des dépenses de fonctionnement et d’équipement de ces forces. Un livre blanc ouvert en concertation avec les élus, les représentants des acteurs de défense et de sécurité traitera des modalités de cette exigence

. ● Nos forces de défense seront réhabilitées sur des critères de compétence et d'intégrité, elles seront représentatives de la diversité ethnique du pays, préparées aux nouvelles formes de menaces multiformes contre lesquelles il faudra définir des réponses adaptées en matière d'équipements, de répartition des forces sur le territoire, de mobilité, et de rapidité d'intervention.

● Nous devons associer l’ensemble de la population, à la stratégie de défense du territoire, dans un système d'organisation à définir.

● La création d’une cellule de gestion des crises et le renforcement de la coopération sous régionale viendront en appui à l'effort national.

2 - Intérieur: gendarmerie police.

Les forces de police et de gendarmerie seront formées à être exemplaires, professionnelles afin que leurs soit conférée l'autorité nécessaire pour agir et se faire respecter. Dotation en matériel logistique, en armements et moyens de communication modernes et adaptés.

3 - Le renseignement

Il sera le volet déterminant de la lutte contre la criminalité et la fraude. Cette activité longtemps négligée sera réactivée afin de permettre des actions préventives ciblées.

4 – Justice

● Le rôle de l'état sera de donner à la justice les moyens de son fonctionnement La justice sera égale pour tous, et l'interprétation de la loi identique sur tout le territoire. L'effectivité des sanctions sera érigée en principe. Toute personne ayant commis une infraction de quelque nature que ce soit, dans quelques circonstances que ce soient, devra en rendre compte devant la justice.

● Le droit doit être dit dans tous les cas. Les rémissions de peines par le pardon des victimes qui en décideront seules en leur âme et conscience, la grâce ou l'amnistie par l'autorité qui en est dépositaire dans le cadre de la loi, ne pourront être requises qu'après le prononcé du droit. Parce qu'il ne peut y avoir pire justice que celle qui pardonne à ceux qui ont commis des crimes, et garde en prison les voleurs de poules qui eux peuvent dans ces circonstances exceptionnelles, invoquer un état d'impérieuse nécessité.

● Une politique pénitentiaire alliant rigueur et humanité, grâce à la construction de nouveaux sites pénitentiaires sécurisés et salubres. III– ACTIONS PARTICULIERES 1 - Actions prioritaires Pour tous ceux qui sont dans l'urgence et qui n'ont pas le temps d'attendre: Réfugiés, Personnes déplacées, Personnes victimes d'exactions auxquels l'état devra fournir une assistance rapide afin de favoriser leur réintégration dans le tissu social.

2 - Unité et identité nationale.

La RCA est un état artificiellement formé comme beaucoup d'autres, elle est engagée dans un processus de maturation par lequel sont passées toutes les grandes nations aujourd’hui constituées. C'est cette absence d'identification qui explique les replis identitaires systématiques dans tous nos choix (élections, attribution de postes, …), et l'absence de sursaut national significatif dans les moments de crises extrêmes. Nous devons rassembler les moyens permettant de façonner notre mémoire collective, et donc:

- Ecrire l’histoire de notre pays par la reconnaissance des Grands Hommes qui ont marqué notre passé politique, artistique, culturel, sportif, citoyen…

- Valoriser les connaissances et les traditions ancestrales à partir desquelles seront construits les mythes fondateurs de notre identité, grâce à l’action combinée des historiens et des politiques. Parce que ces mythes sont une source d’identification pour la construction de l’imaginaire national.

- Nous devons enfin, ensemble, donner un nom à notre pays. Ce nom devra être l'expression de ce qui nous identifie avec ce que nous avons en commun, notre passé, nos cultures. La RCA n’étant qu'un acronyme qui ne recouvre plus aucune réalité à part la situation géographique de notre pays.

- La voix, les messages, de l'état doivent porter sur tout l'étendu du territoire, et à l'inverse les réalités de chaque région doivent être accessibles par tout le pays, par le développement des moyens de communication modernes rendu accessibles au grand nombre à l'instar du programme ''radio rurale'' qu'il faudra réhabiliter sous des formes à définir.

- Ces actions seront soutenues par l’affirmation du caractère laïc de l’état et de la séparation effective de l’état et de la religion qui, en tant que choix personnel doit relever du domaine de la vie privée, sans que l’état ne soit indifférent au fait religieux, car il doit assurer la liberté de conscience et s’engager en même temps à garantir le libre exercice des cultes dans le respect des lois et des règlements.

3 -Action sociale

● Notre système de protection sociale doit être repensé. Il n'est pas normal que tous ceux qui ont passé quarante de leur vie à travailler et cotiser chaque mois ne perçoivent à leur retraite qu'une pension dérisoire payée trimestriellement. Nous prenons l'engagement de mensualiser le paiement des retraites.

● L’action qui sera initiée sera orientée prioritairement en faveur des personnes fragilisées (veuves, infirmes, retraités, orphelins, chômeurs, travailleurs précaires, jeunes sans qualification et sans perspective, victimes d’exactions ou de catastrophes diverses…) afin d'améliorer les conditions de leur prise en charge et de leur réinsertion sociale.

● Nous nous engageons à définir des délais de traitement des dossiers dans tous les services publics, particulièrement ceux des retraités afin de mettre un terme aux rétentions abusives de ces dossiers.

4 - Agriculture

L'agriculture qui doit être notre première richesse pâtit de l'insuffisance de l'encadrement institutionnel. De nombreuses études expliquent les maux auxquels nous devons remédier et qui sont entre autres:

● L'utilisation d'outils traditionnels rudimentaires, avec des exploitations de tailles réduites, les difficultés de commercialisation des produits en raison de la défectuosité des voies d'accès, et une absence d'appui aux producteurs de la part des pouvoirs publics. C’est pourquoi, nous apporterons une aide pour l'acquisition d'outils et de méthodes modernes d'exploitation agricole, ainsi que l'activation de structures d'appui technique, de formation et de sécurisation des exploitations, afin de permettre à notre agriculture d'être présente sur le marché alimentaire national et international.

● Au niveau de l'élevage, le pâturage naturel représente pratiquement l'unique alimentation du bétail, générant des conflits avec les agriculteurs. A cela s'ajoute des pathologies animales spécifiques, et aussi le quasi-monopole tribal de l'activité pastorale. C'est à toutes ces insuffisances que nous entendons répondre par l'incitation à diversifier les sources d’alimentation du bétail par un début de sédentarisation de l'élevage, et l’encouragement de nouveaux acteurs à l’activité pastorale.

5 - Santé, salubrité

Le développement et l’amélioration de la prise en charge sanitaire est tributaire des faibles ressources du pays. Le fait que la RCA soit l'un des rares pays au monde à ne pas disposer de scanner illustre cette faiblesse. Cependant des efforts seront faits dans des domaines tels que:

● la mise en place d’équipes mobiles, la création de nouvelles structures de santé réparties dans tout le pays, et la lutte contre la mortalité infantile et maternelle

● Développement, accompagnement et valorisation de la médecine traditionnelle.

● l’amélioration des conditions d’hygiène, dans les services de santé et dans toute la population afin de briser cette accoutumance à l'insalubrité qui est la principale cause des maladies d'origine environnementale. Un effort accru dans le traitement des déchets sera relancé à l'instar des actions initiées par la mairie sous mon autorité.

6 - Education, Culture

Niveau dramatique de l'échec scolaire, Baisse du niveau au sortir du système éducatif due à la démission des pouvoirs publics; dévalorisations des diplômes en raison de complaisances à tous les niveaux, favoritisme, corruption des enseignants. Des mesures concrètes de contrôle et de sanctions seront prises pour mettre fin à ces pratiques.

● Sécurisation des établissements de formations et d'enseignement

● Développer et encourager les formations techniques de pointe. Ouverture d'établissements de formations techniques

● Nous réactiverons les activités culturelles dans touts leurs domaines, en créant des espaces de rencontre, afin de faciliter l’accès au savoir, l’ouverture dans le monde, et à la créativité.

7 – Désenclavement

● Poser la question de la diversification de nos voies d'accès à la mer de manière à ne pas dépendre uniquement de l'axe Douala-Bangui au risque de subir un blocus dramatique si d'aventure un obstacle majeur venait à paralyser de manière durable cette voie de sortie unique. Pour cela, il faudra réfléchir et travailler sur la faisabilité de nouveaux axes permettant d’accéder à la mer par Pointe Noire, Matadi...

8 - Désertification

● Le dérèglement climatique sera l'un des enjeux majeurs des prochaines décennies en raison des conséquences écologiques, économiques et sociales. La désertification affecte la végétation, l'eau, et la faune, créant de ce fait des raretés générateurs de misères et de conflits. Des actions significatives telles que la restauration du sol, la reforestation devront être pensées et menées sur toute l'étendue du territoire.

● L'arrêt des constructions anarchiques sur la colline gbazabangui qui est le régulateur climatique de la ville de Bangui et sa restauration, sera une initiative à valeur symbolique fort.

9 - Eau Forêt Energie

● L'accès à l'eau représentera un enjeu important pour notre pays et dans le monde au cours des années à venir en raison de l'accroissement de la population, de la raréfaction des terres et de l’eau. Ces éléments sont à la source de nombreux conflits. L'effort sera portée sur les impératifs d'accès à l'eau, et son assainissement. Une réflexion sera menée sur la récupération et la gestion des eaux de pluie.

● L'exploitation forestière a été l'objet de conventions obscures par le passé entraînant des pertes de recettes non négligeables pour l'état. Ces questions seront reconsidérées, ainsi que la nécessité de préserver la flore et tout l'écosystème.

● - Les énergies nouvelles (solaire, éolienne…) seront privilégiées et valorisées. La mise en œuvre de toutes ces réalisations nécessitera beaucoup d'énergie. Dans ce contexte international de raréfaction et du coût élevé des énergies d'origine fossiles, et aussi pour participer à la lutte contre le dérèglement climatique, l'énergie solaire qui ne demande qu'à être collestée sera un objectif majeur de notre action.

10 - Urbanisation, logements sociaux

● Depuis l'indépendance peu de progrès ont été réalisés dans ce domaine. C'est inacceptable que des maison avec des toits en paille subsistent même aux abords de nos grandes villes, au même titre que les constructions anarchiques et inesthétiques. Des initiatives ambitieuses seront entreprises dans ce domaine pour la construction de logements sociaux destinés prioritairement aux familles répondant aux critères d'attribution.

● Des normes minimales d'habitabilité seront imposées afin de bannir toutes constructions présentant des risques pour la santé, la sécurité et la salubrité de ses occupants. Les plans d'urbanisme seront revisités afin de prévenir et éviter les inondations et la stagnation des eaux, favoriser la mixité sociale,la préservation de la nature et la prévention des risques Je vous lance cet appel pour vous inviter à faire un choix républicain et patriotique, pour que tous ensemble nous nous retrouvons de reprendre notre destin en main et retrouver la fierté d'être Centrafricain.

Publié par l'équipe de campagne

Ibrahim SAMORY Directeur National de Campagne Adjoint chargé de la diaspora Tél: 06.62.53.31.33

Email: samcydor@yahoo.fr Profil Facebook: ''Jean Barkès GOMBE KETTE 2015''

Les solutions aux problèmes de la RCA ne sont pas à inventer. Ce n'est pas par manque d'idées, de projets, de supports techniques et pédagogiques, de plans d'action et autres instruments de travail que notre pays ne parvient pas à amorcer sa croissance. Dans tous les domaines de compétences ministérielles, depuis des années, les institutions financières mondiales, la coopération internationale technique, politique, administrative, les travaux de recherches de compatriotes méritants, des études et aussi les productions des cadres de nos services...etc sont disponibles dans les tiroirs de nos ministères et de nos administrations. Les critiques et les directives préconisées dans ces moyens d'action sont reprises dans les discours de politique générale de tous les premiers ministres de la république, dans les déclarations des chefs d'états successifs, ainsi que dans les programmes électoraux des candidats, sans jamais parvenir à se traduire en réalité. Les raisons sont connues de tous. Ce sont: la mauvaise gouvernance, l'absence de gestion orthodoxe des ressources de l'état, la démission des responsables politiques, la corruption à tous les niveaux, et tous les autres travers qui créent un sentiment d'injustice, d'abandon et de frustration, générateur des conflits qui viennent aggraver la situation. Il ne s'agira donc pas d'inventer de nouveaux processus puisque ceux ci existent, mais de créer ou d'appliquer les conditions de leur faisabilité. Ces moyens nécessitent des pré-requis de deux ordres: financiers et Sécuritaires.

● Financiers parce que c'est ce qui est communément appelé le véritable nerf de la guerre. La quête de ces moyens d'action se fera en tenant compte des facteurs qui constituent notre tendon d'Achille, l'enclavement et la mal gouvernance.

● Sécuritaire parce qu'aucune initiative ne peut être viable dans un environnement conflictuel. Nous ne maîtrisons ni nos frontières ni l'intérieur du pays. La RCA est dévastée, exposée à toutes les convoitises, aux forces et intérêts hostiles qui peuvent à tout moment nous déstabiliser et réduire à néant tout ce que nous pouvons mettre en œuvre tant que nous ne seront pas en mesure de leurs résister.

I – FINANCES

Ce sont tous les voies et moyens permettant à l’état d’accroître et de recouvrer dans des meilleures conditions ses recettes domestiques qui sont ses moyens réguliers de financement. (Impôts, droits et taxes redevances et créances de toutes natures) Comme en matière de défense, l'état doit d'abord compter sur ses ressources propres et non tout attendre des bailleurs internationaux.

1 - Moyens logistiques

Nous devons améliorer, sécuriser, fluidifier les grands axes afin de réduire les contraintes liées à notre enclavement, obstacles majeurs à notre développement, facilitant ainsi la circulation des personnes et des marchandises.

● Améliorer qualitativement ces voies dans la mesure du possible (Elargir, bitumer matérialiser) afin de les rendre moins accidentogènes

● Sécuriser par l'affectation de force de sécurité dans des modalités à définir.

● Fluidifier en limitant et simplifiant les contrôles de toute nature (police, douanes) et définir un temps moyen de parcours qui s'imposera à tous les intervenants sur ces axes.

2 - Régies financières

a) Finances, impôts

D’une manière générale il s'agira de mettre fin à la gestion anarchique des finances publiques en respectant les recommandations et conclusions contenues dans les textes et les outils de référence.

● Toutes les opérations doivent s’inscrire dans les principes d’orthodoxie budgétaire. Nous nous engageons pour:

● La généralisation de l’outil informatique et utilisation efficiente des applications disponibles( GESCO) permettant des contrôles à chaque étape d'exécution des dépenses, et l' amélioration les capacités humaines dans le domaine de la gestion financière.

● La limitation des recours aux procédures exceptionnelles et sanction des abus.

● L'élargissement de l’assiette fiscale par la formalisation de tous les secteurs d’activité économique.

● Amener les institutions de crédit à jouer pleinement leur rôle d'intermédiaires financiers dans l'économie. - Assurer le recouvrement effectif des droits et taxes dus à l'état.

b) Douane

● Nous reconsidéreront les PVI (Programmes de Vérification des Importations) confiés à des sociétés privées afin d’en apprécier l’efficacité, la rentabilité et le coût. Cette privatisation, a été mise en place pour quelques années, et devrait permettre une meilleure formation des douaniers nationaux, Mais elle s’est en définitive institutionnalisée sans que son efficience ne soit démontrée sur le long terme.

● Mise en place des outils et standards modernes de dédouanement permettant la gestion des risques, les contrôles ex-post, la maîtrise des fondamentaux de la douane: espèce, origine, valeur. - - Réhabilitation de nos services douaniers et meilleures formations de ses agents sur des outils modernes de traitement des opérations douanières (SYDONIA), et sur ses principales missions: Fiscales, économiques et protection. Dans le cadre de cette dernière mission, des contrôles renforcés de la qualité des marchandises importées seront mises en œuvre pour prévenir les risques sanitaires et techniques.

● Remise à plat du système des exonérations accordées dont beaucoup sont de complaisance.

3 - Gestion de nos ressources

● Nous veillerons à ce que les accords passés dans le cadre de l’exploitation de nos ressources minières, forestières, halieutiques, s’inscrivent dans un équilibre de partenariat gagnant-gagnant, fondé sur une collaboration étroite et continue, permettant un transfert de savoir-faire et de technologie.

· Les dépenses de fonctionnement de l'Etat et des organismes publics seront maîtrisées et réduites au strict nécessaire.

II – SECURITE

Le constat amère des résultats approximatifs successifs des forces internationales dans le monde et dans notre pays doit nous inciter à prendre conscience de la nécessité de compter d'abord sur nous mêmes, et nous départir de cette fâcheuse tendance à tout attendre de l’extérieur pour résoudre les problèmes de tous ordres qui se posent à nous. L'histoire enseigne que les peuples qui ont résisté aux agressions extérieurs ou qui se sont libérés de l'oppression ont compté sur eux même. Parce qu'il n'y a aucune raison pour qu'un Burundais, Congolais Bangladais….. accepte de mourir pour des Centrafricains. Aujourd’hui encore nous constatons à l’occasion de chaque trouble, le manque cruel d’engagement des forces onusiennes.

1 - Moyens militaires

Les ressources affectées à nos forces de défense et de sécurité représentent une part importante des dépenses de l’état et impactent dans une large mesure la croissance économique, les investissements et le bien être des populations. Aussi, la répartition de ces ressources doit correspondre au souci d’assurer une efficience maximale des dépenses de fonctionnement et d’équipement de ces forces. Un livre blanc ouvert en concertation avec les élus, les représentants des acteurs de défense et de sécurité traitera des modalités de cette exigence

. ● Nos forces de défense seront réhabilitées sur des critères de compétence et d'intégrité, elles seront représentatives de la diversité ethnique du pays, préparées aux nouvelles formes de menaces multiformes contre lesquelles il faudra définir des réponses adaptées en matière d'équipements, de répartition des forces sur le territoire, de mobilité, et de rapidité d'intervention.

● Nous devons associer l’ensemble de la population, à la stratégie de défense du territoire, dans un système d'organisation à définir.

● La création d’une cellule de gestion des crises et le renforcement de la coopération sous régionale viendront en appui à l'effort national.

2 - Intérieur: gendarmerie police.

Les forces de police et de gendarmerie seront formées à être exemplaires, professionnelles afin que leurs soit conférée l'autorité nécessaire pour agir et se faire respecter. Dotation en matériel logistique, en armements et moyens de communication modernes et adaptés.

3 - Le renseignement

Il sera le volet déterminant de la lutte contre la criminalité et la fraude. Cette activité longtemps négligée sera réactivée afin de permettre des actions préventives ciblées.

4 – Justice

● Le rôle de l'état sera de donner à la justice les moyens de son fonctionnement La justice sera égale pour tous, et l'interprétation de la loi identique sur tout le territoire. L'effectivité des sanctions sera érigée en principe. Toute personne ayant commis une infraction de quelque nature que ce soit, dans quelques circonstances que ce soient, devra en rendre compte devant la justice.

● Le droit doit être dit dans tous les cas. Les rémissions de peines par le pardon des victimes qui en décideront seules en leur âme et conscience, la grâce ou l'amnistie par l'autorité qui en est dépositaire dans le cadre de la loi, ne pourront être requises qu'après le prononcé du droit. Parce qu'il ne peut y avoir pire justice que celle qui pardonne à ceux qui ont commis des crimes, et garde en prison les voleurs de poules qui eux peuvent dans ces circonstances exceptionnelles, invoquer un état d'impérieuse nécessité.

● Une politique pénitentiaire alliant rigueur et humanité, grâce à la construction de nouveaux sites pénitentiaires sécurisés et salubres.

III– ACTIONS PARTICULIERES

1 - Actions prioritaires Pour tous ceux qui sont dans l'urgence et qui n'ont pas le temps d'attendre: Réfugiés, Personnes déplacées, Personnes victimes d'exactions auxquels l'état devra fournir une assistance rapide afin de favoriser leur réintégration dans le tissu social.

2 - Unité et identité nationale.

La RCA est un état artificiellement formé comme beaucoup d'autres, elle est engagée dans un processus de maturation par lequel sont passées toutes les grandes nations aujourd’hui constituées. C'est cette absence d'identification qui explique les replis identitaires systématiques dans tous nos choix (élections, attribution de postes, …), et l'absence de sursaut national significatif dans les moments de crises extrêmes. Nous devons rassembler les moyens permettant de façonner notre mémoire collective, et donc:

- Ecrire l’histoire de notre pays par la reconnaissance des Grands Hommes qui ont marqué notre passé politique, artistique, culturel, sportif, citoyen…

- Valoriser les connaissances et les traditions ancestrales à partir desquelles seront construits les mythes fondateurs de notre identité, grâce à l’action combinée des historiens et des politiques. Parce que ces mythes sont une source d’identification pour la construction de l’imaginaire national.

- Nous devons enfin, ensemble, donner un nom à notre pays. Ce nom devra être l'expression de ce qui nous identifie avec ce que nous avons en commun, notre passé, nos cultures. La RCA n’étant qu'un acronyme qui ne recouvre plus aucune réalité à part la situation géographique de notre pays.

- La voix, les messages, de l'état doivent porter sur tout l'étendu du territoire, et à l'inverse les réalités de chaque région doivent être accessibles par tout le pays, par le développement des moyens de communication modernes rendu accessibles au grand nombre à l'instar du programme ''radio rurale'' qu'il faudra réhabiliter sous des formes à définir.

- Ces actions seront soutenues par l’affirmation du caractère laïc de l’état et de la séparation effective de l’état et de la religion qui, en tant que choix personnel doit relever du domaine de la vie privée, sans que l’état ne soit indifférent au fait religieux, car il doit assurer la liberté de conscience et s’engager en même temps à garantir le libre exercice des cultes dans le respect des lois et des règlements.

3 -Action sociale

● Notre système de protection sociale doit être repensé. Il n'est pas normal que tous ceux qui ont passé quarante de leur vie à travailler et cotiser chaque mois ne perçoivent à leur retraite qu'une pension dérisoire payée trimestriellement. Nous prenons l'engagement de mensualiser le paiement des retraites.

● L’action qui sera initiée sera orientée prioritairement en faveur des personnes fragilisées (veuves, infirmes, retraités, orphelins, chômeurs, travailleurs précaires, jeunes sans qualification et sans perspective, victimes d’exactions ou de catastrophes diverses…) afin d'améliorer les conditions de leur prise en charge et de leur réinsertion sociale.

● Nous nous engageons à définir des délais de traitement des dossiers dans tous les services publics, particulièrement ceux des retraités afin de mettre un terme aux rétentions abusives de ces dossiers.

4 - Agriculture

L'agriculture qui doit être notre première richesse pâtit de l'insuffisance de l'encadrement institutionnel. De nombreuses études expliquent les maux auxquels nous devons remédier et qui sont entre autres:

● L'utilisation d'outils traditionnels rudimentaires, avec des exploitations de tailles réduites, les difficultés de commercialisation des produits en raison de la défectuosité des voies d'accès, et une absence d'appui aux producteurs de la part des pouvoirs publics. C’est pourquoi, nous apporterons une aide pour l'acquisition d'outils et de méthodes modernes d'exploitation agricole, ainsi que l'activation de structures d'appui technique, de formation et de sécurisation des exploitations, afin de permettre à notre agriculture d'être présente sur le marché alimentaire national et international.

● Au niveau de l'élevage, le pâturage naturel représente pratiquement l'unique alimentation du bétail, générant des conflits avec les agriculteurs. A cela s'ajoute des pathologies animales spécifiques, et aussi le quasi-monopole tribal de l'activité pastorale. C'est à toutes ces insuffisances que nous entendons répondre par l'incitation à diversifier les sources d’alimentation du bétail par un début de sédentarisation de l'élevage, et l’encouragement de nouveaux acteurs à l’activité pastorale.

5 - Santé, salubrité

Le développement et l’amélioration de la prise en charge sanitaire est tributaire des faibles ressources du pays. Le fait que la RCA soit l'un des rares pays au monde à ne pas disposer de scanner illustre cette faiblesse. Cependant des efforts seront faits dans des domaines tels que:

● la mise en place d’équipes mobiles, la création de nouvelles structures de santé réparties dans tout le pays, et la lutte contre la mortalité infantile et maternelle

● Développement, accompagnement et valorisation de la médecine traditionnelle.

● l’amélioration des conditions d’hygiène, dans les services de santé et dans toute la population afin de briser cette accoutumance à l'insalubrité qui est la principale cause des maladies d'origine environnementale. Un effort accru dans le traitement des déchets sera relancé à l'instar des actions initiées par la mairie sous mon autorité.

6 - Education, Culture

Niveau dramatique de l'échec scolaire, Baisse du niveau au sortir du système éducatif due à la démission des pouvoirs publics; dévalorisations des diplômes en raison de complaisances à tous les niveaux, favoritisme, corruption des enseignants. Des mesures concrètes de contrôle et de sanctions seront prises pour mettre fin à ces pratiques.

● Sécurisation des établissements de formations et d'enseignement

● Développer et encourager les formations techniques de pointe. Ouverture d'établissements de formations techniques

● Nous réactiverons les activités culturelles dans touts leurs domaines, en créant des espaces de rencontre, afin de faciliter l’accès au savoir, l’ouverture dans le monde, et à la créativité.

7 – Désenclavement

● Poser la question de la diversification de nos voies d'accès à la mer de manière à ne pas dépendre uniquement de l'axe Douala-Bangui au risque de subir un blocus dramatique si d'aventure un obstacle majeur venait à paralyser de manière durable cette voie de sortie unique. Pour cela, il faudra réfléchir et travailler sur la faisabilité de nouveaux axes permettant d’accéder à la mer par Pointe Noire, Matadi...

8 - Désertification

● Le dérèglement climatique sera l'un des enjeux majeurs des prochaines décennies en raison des conséquences écologiques, économiques et sociales. La désertification affecte la végétation, l'eau, et la faune, créant de ce fait des raretés générateurs de misères et de conflits. Des actions significatives telles que la restauration du sol, la reforestation devront être pensées et menées sur toute l'étendue du territoire.

● L'arrêt des constructions anarchiques sur la colline gbazabangui qui est le régulateur climatique de la ville de Bangui et sa restauration, sera une initiative à valeur symbolique fort.

9 - Eau Forêt Energie

● L'accès à l'eau représentera un enjeu important pour notre pays et dans le monde au cours des années à venir en raison de l'accroissement de la population, de la raréfaction des terres et de l’eau. Ces éléments sont à la source de nombreux conflits. L'effort sera portée sur les impératifs d'accès à l'eau, et son assainissement. Une réflexion sera menée sur la récupération et la gestion des eaux de pluie.

● L'exploitation forestière a été l'objet de conventions obscures par le passé entraînant des pertes de recettes non négligeables pour l'état. Ces questions seront reconsidérées, ainsi que la nécessité de préserver la flore et tout l'écosystème.

● - Les énergies nouvelles (solaire, éolienne…) seront privilégiées et valorisées. La mise en œuvre de toutes ces réalisations nécessitera beaucoup d'énergie. Dans ce contexte international de raréfaction et du coût élevé des énergies d'origine fossiles, et aussi pour participer à la lutte contre le dérèglement climatique, l'énergie solaire qui ne demande qu'à être collestée sera un objectif majeur de notre action.

10 - Urbanisation, logements sociaux

● Depuis l'indépendance peu de progrès ont été réalisés dans ce domaine. C'est inacceptable que des maison avec des toits en paille subsistent même aux abords de nos grandes villes, au même titre que les constructions anarchiques et inesthétiques. Des initiatives ambitieuses seront entreprises dans ce domaine pour la construction de logements sociaux destinés prioritairement aux familles répondant aux critères d'attribution.

● Des normes minimales d'habitabilité seront imposées afin de bannir toutes constructions présentant des risques pour la santé, la sécurité et la salubrité de ses occupants. Les plans d'urbanisme seront revisités afin de prévenir et éviter les inondations et la stagnation des eaux, favoriser la mixité sociale,la préservation de la nature et la prévention des risques Je vous lance cet appel pour vous inviter à faire un choix républicain et patriotique, pour que tous ensemble nous nous retrouvons de reprendre notre destin en main et retrouver la fierté d'être Centrafricain.

Publié par l'équipe de campagne

Ibrahim SAMORY Directeur National de Campagne Adjoint chargé de la diaspora Tél: 06.62.53.31.33

Email: samcydor@yahoo.fr Profil Facebook: ''Jean Barkès GOMBE KETTE 2015''

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LEFCATEUR. lf.info@yahoo.fr / tél.(+236)72502471 -  Hébergé par Overblog