CENTRFAFRIQUE / 2nd tour pour la Présidentielle: La rue s'inquiète de multiples ralliement derrière Touadéra et Dologuélé.

  • Same
  • POLITIQUE
CENTRFAFRIQUE / 2nd tour pour la Présidentielle: La rue s'inquiète de multiples ralliement derrière Touadéra et Dologuélé.

Depuis la proclamation des résultats des élections législatives et présidentiel par la Cour constitutionnelle de Transition (CCT), certains candidats déchus multiplient de la cérémonie du mariage avec les deux présidentiables qualifiés pour le second tour du scrutin qui s'annonce bientôt.

Au regard de tous les accords politiques signés par- ci et là , la rue s'inquiète des raisons du choix et les en-dessous. La rédaction du journal Le FACTUER a tendu son micro à la rue qui n'a pas hésité à livrer ses impressions. Claude Ngonzia Juriste:'' Certains hommes ne métrisent pas la notion d'une alliance politique, qui se fait entre les partis politiques centrafricains. Pour la plupart du temps, l'objectif est de pourvoir à un poste du premier ministre, ministre, Ambassadeur et autres. C'est un choix sur fond d'intérêt égoïste et partisan. Ce qui fait qu'après le succès du candidat préféré, il y a toujours des perturbations lorsqu'il s'agit de former un gouvernement, certaines personnalités que l'ont respecte se saisissent en veste pour réclamer un poste gouvernemental ou à la présidence de la République. Nous avons les faits pendant le régime Patassé (Paix à son âme). Du coup, l'intérêt du peuple est mis de côté si ce n'est que celui des intérêts personnels''. Brigitte Konga, Institutrice: « Je pense que le choix du mariage avec un leader quelconque lors d'une élection présidentielle se fait à base du projet de société sur fond d'intérêt supérieur de la nation. Au regard de ce qui se font habituellement entre nos leaders politiques, nous avons l'habitude de les considérer comme des cherchés à manger. Car, beaucoup n'ont pas une vision politique et encore moins un programme de société. Mais plutôt des obsédés des postes de responsabilité dans les régimes successifs. Jamais ils ne sont pas satisfaits. Ils n'ont jamais œuvré dans l'intérêt du peuple centrafricain mais du peuple familial. Force est de constater qu'à chaque régime, ils sont présents. En moindre chose, ils réagissent soit disant, où étiez-vous lorsqu'ont soutenait la candidature de tel ou tel leader. On a souffert pour tel ou tel candidat. Voilà le mot qui justifie le sens de leur mariage avec ceux qui ont la chance d'être Président de la République ». André Loungaté, retraité: « Il faut apprendre à nos leaders et hommes politiques ce que c'est qu'un accord politique. Beaucoup se font sous intention du partage de gâteau: Soutenez-moi et si je gagne voilà votre poste... Ce sont autant des raisons de motivation de nos leaders et hommes politique. Pour former un gouvernement, il faut privilégier la majorité présidentielle, patati , pattatra. Il faut d'abord nos militantes, militants et partisans etc . Si tel est la pensée de ceux qui se rallient avec Touadéra ou Dologuélé, rien ne changera dans ce pays. Et c'est là l'inquiétude du peuple centrafricain. Cette pratique a toujours fait l'objet des obstacles aux autres citoyens qui n'ont pas des parents inclus. »

Sagem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LEFCATEUR. lf.info@yahoo.fr / tél.(+236)72502471 -  Hébergé par Overblog