CENTRAFRIQUE / La rue apprécie la mise en place du gouvernement Sarandji, mais elle émet des réserves sur certains membres.

  • LEFACTEUR
  • POLITIQUE
CENTRAFRIQUE / La rue apprécie la mise en place du gouvernement Sarandji, mais elle émet des réserves sur certains membres.

La liste des membres du gouvernement Sarandji vient d'être rendue publique le lundi 11 avril dernier à 15 heures. A l'annonce de la publication, chacune des familles centrafricaines s'est précipitée devant sa maison en se regroupant autour de son poste radio pour savoir qui est nommé ministre de la République ou pas.

A la fin, l'écho a pris l'allure pressante dans les rues de la capitale Centrafricaine et dont chacun des compatriotes Centrafricains a apprécié selon sa manière de voir et de comprendre les choses. Ainsi la Rédaction du journal Le FACTEUR a tendu son micro à la rue pour recueillir ses impressions consternant les postes ministériels attribués à chacun des membres du gouvernements. Simplice Tézangué, retraité:'' Le nombre des membres me convient car non seulement le pays éprouve d'énormes difficultés surtout financières. C'est un exemple typique d'un gouvernement de combat pour un changement radical. Mais j'émet un peu de réserve concernant deux postes ministériels.

A savoir le ministère de l'intérieur et celui de la Défense. Mais plus particulièrement celui de la Défense. Je ne dis pas que le ministre Joseph Yakité est incompétent, mais je ne trouve pas en lui le langage de pression comme son prédécesseur Joseph Bindoumi, qui ne mâchait les mots devant les dérapages de nos Forces Armées Centrafricaines (FACA) et les éternels criminels du km5 qui s'obstinent à prendre en otage certains de nos frères musulmans qui n'aspirent seulement à la paix, la réconciliation, la cohésion sociale proprement dite et surtout le désire d'aller et venir sans contrainte. Aussi, il faut quelqu'un qui métrise le terrain. C'est-à-dire, qui a vécu la réalité du pays. Il est bien vrai qu'il peu y avoir information ou vivre de loin la situation et le milieu mais il est indispensable qu'il s'use de la rigueur et de la vigilance. En ce qui concerne Jean Serge Bokassa, c'est un jeune qui vient de faire son entré dans la politique et c'est un poste très sensible au regard des crises qui continuent de faire son bon petit chemin. Il lui reste aussi beaucoup à apprendre dans le domaine politique, mais c'est un cool et très dégourdi et combatif. Sa renommé est très récente.

MAIS s'il le veut bien avec le temps, il sera comme le feu Ministre Christophe Grelombé Paix à son âme''. Marguerite Samba, Enseignante: ''Ne dit pas qu'on reconnait un vrai maçon au pied du mur? Dire un gouvernement de Technocrate, moi je dis que c'est pas trop ça. On attend voir les maçons au pied du mur. Je lance un appel pressant au ministre de la Défense, le ministre de la sécurité et celui de la Communication de mettre la machine en marche afin de rattraper le retard. Si je parle de la Communication, c'est parce que c'est un département qui est vraiment largement en retard. Mon fils est journaliste et c'est une institution très négligeable, aussi bien que tous les travailleurs de ce département. Alors que dans tous les pays la communication est au cœur de toute préoccupation.

'' Kassangue Léonard :'' Ce ne sont pas les diplômes qui m'intéresse, mais plutôt c'est le pragmatisme, le savoir-faire. C'est l'intérêt du pays qui est primordiale. C'est bien faire appel .à des diplômés mais reste à savoir si tous le monde est intègre. J'ai analysé chacun des membres du gouvernement de Sarandji. Il y trop de Diaspora. Il n'y a trop des personnes qui sont restées plus proche de la population. Espérons qu'ils métrisent mieux la situation du pays''. Léonie Yakanga commerçante: '' C'est pas vraiment un gouvernement technocrate comme le nom indique. Il y a des hauts diplômés,. Mais nous avons peur de voir l'Administration centrafricaine envahi des Diaspora. Ce que nous souhaitons c'est de mettre tout le monde au même pied d'égalité. Chacun de ces ministres doit faire preuve de nationaliste. Et surtout, il faut faire preuve d'honnêteté intellectuelle dans leur manière de gérer leur département ministériel. Il faut qu'il accorde de la chance à tous les fils du pays d'avoir du travail. Le souci des Centrafricains c'est de voir tous ces ministres à l'œuvre de la reconstruction du pays

''. Gaston Matanda, fonctionnaire d'Etat:'' Disons qu'on a pas constater la présence de la société civile dans ce gouvernement. Cela peut-être justifiable par le Premier Ministre Chef du Gouvernement. Le moins que l'on puisse dire c'est que le président de la République s'est fait humble et a fait preuves d'un bon responsable gouvernemental lorsqu'il était aux affaires de l'Etat, pour être président de la République. Tous ses ministres doivent faire preuve d'humilité et de bon gestionnaire.

Les Diaspora doivent désormais investir dans le pays. Il faut mettre au service du pays les expériences qu'ils ont vécu à l'extérieur. Aider leurs frères qui sont et demeurent dans la souffrance, la misère, la pauvreté à cause du chômage. Il faut leur redonner l'espoir de vivre. Sagem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LEFCATEUR. lf.info@yahoo.fr / tél.(+236)72502471 -  Hébergé par Overblog