CENTRAFRIQUE / Qui de Mme EKOMO et Bruno Yapandé a taillé la part du lion

CENTRAFRIQUE / Qui de Mme  EKOMO et  Bruno Yapandé a taillé la part du lion

La gestion macabre de l’argent destiné à la commission communication pour la couverture médiatique de la visite du Pape François à Bangui, continue de faire couler de salives et d’encre à telle enseigne qu’on est en droit de s’interroger sur la moralité des personnes chargées de l’organisation de ladite visite. Il était prévu un budget de 30 millions de FCFA. Malheureusement, cette somme d’argent n’est parvenue aux ayants droits. N’eut été les 150.000FCFA octroyés par le ministre Bruno Yapandé, les journalistes allaient mordre la poussière.

A en croire que le ridicule ne tue pas le Centrafricain lorsqu’il est aux affaires de l’Etat. Mais c’est à un instant près de son déclin qu’il va se retrouver afin de s’user de toutes tentations bonnes ou mauvaises pour préserver son poste. Il est à noter que le passage de Pape François avait créé une tension au sein de la classe médias en général et la presse écrite privée en particulier qui, est toujours un instrument répugnant voir amère à moindre cérémonie ou événement national.

Un budget de trente (30.000.000) FCFA avait été octroyé à la commission communication assiégé par Mme Ekomo, Présidente de ladite commission et le ministre en charge de la communication Bruno Yapandé. Selon les informations parvenues à notre rédaction, cette Commission communication composée des sensibilisateurs venant de l’église catholique, du gouvernement, de la présidence de la République et de la presse privée devrait gérer ce fonds pour l’utilisation de moyen suivant :

Appui à la publicité,

L’appui aux parutions (presse privée),

Appui aux médias publics, Appui aux radios (Ndéké Luka, Maria, Notre Dame),

Appuis aux radios communautaires,

Production des supports visuels, posters du Pape, Effigie, chapelets etc…)

La sonore,

Les accès de l’oiseau géants,

La mise en place de l’équipe mobile de sensibilisation,

Création d’un site web,

Les consommables.

Entrée un peu en matière, que la gestion de ces fonds n’ont été qu’une mascarade, l’appui aux parutions pour un tel événement historique et national devrait être élargie. Force est de constater que seulement trois (3) organes de presse écrite privée ont été copté pour un tel évènement de grande taille , et surtout pour un pays complètement détruit et qui par le concours d’un envoyé de Dieu, a besoin le concours de tout un centrafricain et en particulier les hommes de medias pour la vulgarisation des informations sur l’impact de la venue de ce Clergé.

Selon le partage de cette grosse somme d’argent, les radios auraient perçu une somme de 1.000.000 FCFA par station cité ci-haut. Et les productions des effigies publicitaires dont une somme de un millions cinq cent 15.000.000 aurait été versée ne seraient qu’une soit disant pour Mme Ekomo, dont son fils spécialiste au concept (Infographiste) et création de site aurait empoché cette somme d’où une raison évoquée que les affiches ont été conçus et imprimés à l’extérieur du pays. Un scandale raison voilant le visage du Ministre de la communication qui aurait croire à Mme Ekomo. Ce jour même, la presse écrite a manifesté son mécontentement et obtenue du Ministre de la communication Monsieur Bruno Yapandé la somme de 150.000 FCFA déboursée sur fonds propre afin de satisfaire les journalistes qui couvraient cet événement. Ne dit-on pas que la confiance n’exclue pas le contrôle ?

Et bien le ministre de la Communication Bruno Yapandé s’est tourné le dos à une souris en danger de mort. Disons que la victime serait déjà sur la trace d’un chat qui n’hésiterait pas à bondir sur sa proie. Et comme rien ne pourrait le contraindre d’avaler gloutonnement sinon à la gourmandise sa nourriture préférée, eh bien, Mme Ekomo n’a pas hésité un seul instant a tiré la part de lion, sans être inquiétée. Signalons que pour cette journée, les professionnels des medias et en particulier ceux de la presse écrite privée n’ont perçu que 5000 FCFA chacun. Cela prouve à suffisance combien les journalistes centrafricains sont et demeurent négligés au dernier degré. Pour ce faire, une certaine Mme Ekomo et autres ont toujours bouffés sur le dos des hommes de medias centrafricains. Maintenant que la transition n’est plus, il est incontournable que Mme Ekomo et son fils puissent faire le rapport de la gestion des trente (30) millions de FCFA alloué aux professionnels de medias pour la couverture médiatique de la visite de Pape François en Centrafrique. Au regard du traitement minable dont les hommes de medias centrafricains sont régulièrement victime, malgré les moyens limités, mais qui se donne de son meilleur à toujours informer la population, le nouveau président Faustin Archange Touadéra doit mettre une double bouchée en marche pour que la lumière soit faite sur cette macabre gestion de fonds alloués aux journalistes.

Aussi, il question que le Président privilégie la communication, lui réservé la place qu’elle mérite au cœur de toutes ses actions durant son premier mandat qui, est un moment de teste pour le peuple centrafricain et en particulier la jeunesse centrafricaine qui lui a fait confiance après moult crises, et qui est à la recherche d’un nouveau leader politique, capable de lui redonner l’espoir de vivre dans son propre pays.

Maintenant qu’un nouveau leader est porté à la tête du pays, espérons qu’au regard de la déclaration du premier ministre Simplice Sarandji, les malhonnêtes doivent arrêter et que ceux qui considèrent les biens de l’Etat comme leurs propres patrimoines doivent répondre de leurs actes. Ceux qui utilisent l’argent de l’Etat comme leur propre sous doivent faire face à la justice. Car détourner, l’argent de l’Etat, c’est détruire tout un peuple et son pays. Désormais les professionnels de medias ont le régard fixé vers le nouveau régime concernant les trente (30) millions de FCFA.

affaire à suivre....

Sagem /LEFACTEUR

LEFCATEUR. lf.info@yahoo.fr / tél.(+236)72502471 -  Hébergé par Overblog