CENTRAFRIQUE / Si Bozizé décide de se présenter aux élections, je retirerais ma candidature. Dixit FAT

  • LEFACTEUR
  • POLITIQUE
FAT_Francis Bozizé
FAT_Francis Bozizé

L’impossible n’est pas centrafricain, et le problème politique de Centrafrique c’est le Centrafricain lui-même et son entourage. Faustin Archange Touadera , le fruit fabriqué politiquement de François Bozizé au poste de premier ministre, fut élu président de la République. Alors lors de son premier congrès à l’hôtel Ledger Plazza, ce dernier a déclaré que: " si le Président François Bozizé se présenterais aux élections groupés de 2015, j'allais retirer sa candidature, parce que j'ai de l’estime pour Bozizé qui a fait m'a façonné à son image".

Et reste à découvrir que lors de son mandat du premier ministre à l’époque, Faustin Archange Touadera ne cessait de recevoir des pressions à l’ordre de Francis Bozizé, malgré tout l’homme a gardé son sang-froid dans l’exercice de ses fonctions jusqu’à la chute du régime.

D’après les informations qui vacillent sur les réseaux sociaux, que c’est le Président Touadera qui aurait sollicité Francis Bozizé de retour au pays. Mais que ce passe-t-il du moment où Francis Bozizé a mis pied au pays natale, et va recevoir une visite du tribunal de Grande Instance, par intermédiaire de la Minusca afin d’exécuter un mandat d’arrêt qui est au nom de son père François Bozizé, datant de 2013 du régime Séleka .

Hors cette estime que Faustin Archange Touadera en a pour Bozizé doit s’accorder également aux fils de ce dernier afin. Car un adage africain dit « Quand on frère te gratte le dos, gratte lui également en signe de reconnaissance ». « Car les centrafricains des rues pensent et disent que son père ta fait ministre, vas-tu le fait prisonnier ? »

Dossier à suivre.

LEFCATEUR. lf.info@yahoo.fr / tél.(+236)72502471 -  Hébergé par Overblog