CENTRAFRIQUE / Un gouvernement de remerciement et de la non-rupture validé par Faustin Archange TOUADERA

  • LEFACTEUR
  • POLITIQUE
CENTRAFRIQUE / Un gouvernement de remerciement et de la non-rupture validé par Faustin Archange TOUADERA

Le premier gouvernement 6ème République du président TOUADERA a été dévoilé le 11 avril 2016, neuf jours après la nomination du premier Ministre, Simplice Mathieu SARANDJI… Il est composé de 23 ministres dont 3 femmes seulement.

Le peuple centrafricain et les observateurs de la vie politique en Centrafrique, s’attendaient à voir un gouvernement pléthorique comme il est de coutume. Mais Faustin Archange TOUADERA (FAT) et Simplice Mathieu SARANDJI (SMS), ont encore surpris.

D’abord par le fait que cette équipe gouvernementale ne dispose pas de portefeuille de ministres d’Etat et encore moins celui du ministre-délégué. Un effectif réduit qui fait la particularité de ce gouvernement qui a pour mission précurseur de répondre aux urgences de l’heure après les terribles violences que le pays a connu avec l’avènement des rebelles de l’ex seleka et de la milice antibalaka.

Trois ans de tuerie, d’humiliation, de galère, de misère… Bref. La République Centrafricaine était devenu un Etat néant. Que dire de la configuration de ce gouvernement ? Le gouvernement dont la liste a été publiée lundi 11 avril 2016 sur les antennes de la radio Nationale est un « gouvernement de remerciement et de la non-rupture ». L’on note parmi les ministres des candidats déchus à l’élection présidentielle et qui se sont constitués comme alliés autour de Faustin Archange TOUADERA pour le soutenir au 2è tour de l’élection présidentielle du 14 février. Le soutien multiforme a porté ses fruits au candidat TOUADERA élu président de la République Centrafricaine. En tête de la liste Joseph YAKETE, peu connu du peuple centrafricain classé 24è avec0,49%se voit le ministère de la Défense Nationale…Un ministère stratégique que le magistrat Joseph BINDOUMI a su diriger en redonnant confiance aux FACA et surtout la population qui commençait à circuler librement sur certaines artères grâce à la présence des FACA en faction. Le maintien de BINDOUMI à ce poste était souhaité par des populations. Hélas ! Charles Armel DOUBANE, qui a occupé le 6è rang à l’élection présidentielle du 30 décembre avec 3,63% s’installe à nouveau sur son fauteuil de Ministre des Affaires Etrangères.

Un poste qu’il avait décliné à l’époque de la transition issue des accords de Libreville lorsque François BOZIZE était encore aux commandes. Il a des compétences en la matière mais attendons de voir. Un autre poste stratégique de sécurité, le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité est confié à Jean Serge BOKASSA, fils héritier de l’ex empereur BOKASSA, candidat déchu à l’élection présidentielle, classé 5è avec 6,06%. Franchement le jeune BOKASSA, devait être nommé parmi les conseillers au cabinet de FAT mais puisqu’il a été consulté et qu’il se sent capable de diriger ce vaste département, qu’il le fasse dans la stricte légalité sans toutefois vouloir en faire justice pour la justice sur ceux qui sont des bourreaux des victimes des crises à répétition de 2015 et 2016 .Voilà une manière pour FAT de dire MERCI à ces trois candidats à la présidentielle qui sont devenus ses alliés.

L’équipe de la direction de campagne de FAT n’est pas mise à l’écart. Le directeur de campagne adjoint, Félix MOLOUA, cadre au ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération Internationale, se voit confié la charge de son ministère de tutelle. Quel honneur ! Le responsable de la communication de la campagne de FAT, Charles Paul LEMASSE MANDYA, devient le ministre de la communication et de l’Information. Certainement qu’il va aborder des reformes pour la revalorisation des media nationaux tant du service public que privé. Puisque ce secteur semble oublié par FAT dans son discours d’investiture. Ce n’est pas tout. Deux ministres qui ont servi sous François BOZIZE et sous lui FAT quand il était premier ministre, sont dans les rangs. Léopold MBOLI FATRANE, devenu directeur général adjoint de la BSIC, la Banque Sahélo Sahélienne, durant toute la transition politique sous Michel DJOTODJIA et Catherine SAMBA PANZA, est nommé Ministre des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique. YérimaYoussoufa MANDJO, revient au sein du ministère de l’Elevage et de la santé animale. Un poste qu’il a déjà occupé avant la chute de François BOZIZE. Un retour surprenant dans l’équipe gouvernementale est celui de Dr Fernande DJENGBOT, nommé Ministre de la santé, de l’Hygiène publique et de la population. Cette femme qui fut Ministre de la Santé, à l’époque où André KOLINGBA était encore au pouvoir, a brillé par une simplicité de vie et d’humilité à la direction de la Région Sanitaire N°7. Un racheté de la transition refait surface, Théodore JOUSSEAU, affecté au Ministère de l’Equipement, des Transports, de l’Aviation Civile et du Désenclavement.

Il y’a également le directeur du FAGACE, Henri-Marie DONDRA, encore en cours de mandat de 4 ans à la direction générale du FAGACE, qui revient au pays pour occuper le fauteuil du Ministre des Finances et du Budget. Certainement qu’il a obtenu une mise en disponibilité pour venir redresser les finances. Justin GOURNA ZACKO, élu dès le 1er tour député de BOUCA, a accepté de diriger le ministère des postes et des Télécommunications. Il n’est pas un novice dans ce ministre car c’est lui qui gère le projet de la fibre optique dans ce département. Pourtant les populations de la ville de BOUCA, qui ont vécu des moments difficiles avec l’arrivée des seleka, avaient besoin de lui pour défendre leurs causes. Silvère NGARSO, président du collectif des vétérans de football de Bangui (COVEFOB) a accepté l’offre de diriger le ministère de la promotion de la Jeunesse, du développement des sport et du service civique. Silvère NGARSO, peut tenir le pari pourvu que des moyens financiers et techniques conséquents soient mis à sa disposition pour mieux travailler. Il fait déjà si bien au milieu des vétérans de football. Gaby Tanguy LEFFA, ancien membre du bureau politique provisoire de parti UNDP dont le bureau a été dissout par Michel AMINE, est nommé Ministre de l’Habitat, du Logement social et de l’Urbanisme. Son engagement auprès de FAT lui a valu ce poste.

Virginie MBAIKOUA, députée déchue dans la circonscription de Bimbo 4, battue par Nadia Christine BEA, trouve une autre place au ministère des affaires sociales et de la réconciliation. Son soutien à la candidature de FAT n’a pas été vain. Pour les autre ministres, le magistrat Flavien MBATHA, en charge de la Justice, précédemment rapporteur général de la Cour Constitutionnelle de Transition ; Arlette SOMBO-DIBELE, Ministre de l’Environnement, Moukadas NOURE, à l’éducation Nationale ; Honoré FEIZOURE, à l’Agriculture ; Abdoulaye MOUSSA, à la Fonction Publique ; Gisèle PANA, aux Arts, Tourisme, Côme HASSANE, au Commerce, Bertrand TOUABOY, à l’entreprenariat et Jean Christophe NGUINZA, porte-parole du parti RPR d’Alexandre Ferdinand NGUENDET, chargé du secrétariat général du gouvernement… n’ont qu’à faire leur preuve afin de pouvoir espérer à d’autres postes de responsabilité au cas où il y’aurait un remaniement ministériel. Bon vent à tous…

Térence GAVENNE./LEFACTEUR

LEFCATEUR. lf.info@yahoo.fr / tél.(+236)72502471 -  Hébergé par Overblog